Pour le rétablissement des coronapistes en Val de Marne !

Les coronapistes installées dans l’urgence par le Conseil départemental du Val-de-Marne pour faire face à la crise sanitaire ont été supprimées à la demande des maires de Créteil et de Saint-Maur.

Dans d’autres villes du département, tantôt les plots de sécurité ont disparu, tantôt les marquages et les peintures au sol s’effacent. Dans les deux cas, la vie des cyclistes est en danger. La rapidité avec laquelle ces coronapistes ont été supprimées révèle le manque de courage de certain.es élu.e.s et leurs réticences à penser un véritable plan pour les mobilités actives. Pourtant, ces élu.e.s doivent entendre que, d’après une enquête, 67% des franciliens souhaitent la pérennisation des pistes temporaires. Qui plus est, les conséquences sanitaires de la deuxième vague de la pandémie s’ajoutent à celles de la pollution de l’air.

La capacité des transports en commun reste insuffisante pour transporter les usagers dans le respect de la distanciation sociale aux heures de pointe. Le partage de l’espace est lui aussi un enjeu de santé publique. Il est donc urgent de conforter les mobilités actives en rétablissant les pistes cyclables dans le département.

EELV Val-de-Marne demande à aller au delà des efforts réalisés et appelle :

– Au rétablissement des « coronapistes » supprimées à Créteil et Saint-Maur, notamment sur la D86 ;
– À l’accélération des politiques d’aménagements pour la sécurisation et l’entretien de nouvelles « coronapistes » ;
– À programmer leur pérennisation et le renforcement du maillage territorial ;
– À créer des campagnes de sensibilisation pour inciter à réduire l’usage de la voiture.

Appel à un parcours vélo avec plusieurs rassemblements le samedi 12 décembre

A 14h30 Place du 8 mai 1945 à Joinville-le-Pont
À 15h00 au 82 rue du Pont de Créteil à Saint-Maur
A 15h30 sur le parvis de l’église de Créteil (Eglise Saint-Christophe)
A 16h00 sur le parvis de la mairie de Créteil, Place Salvador Allende.

Résultat des élections européennes de 2019 à Sucy-en-Brie et Villiers-sur-Marne

Juste quelques cartes par bureau de vote permettant de comparer à la fois les deux communes entre elles et les variations des votes à l’intérieur des quartiers de chaque commune. A chacun d’en faire sa propre analyse en vue des élections futures.

Taux de participation

% suffrages exprimés pour EELV (Jadot)

% suffrages exprimés pour LREM (Loiseau)

% Suffrages exprimés pour LR (Bellamy)

% suffrages exprimés pour le RN (Bardella)

% suffrages exprimés pour Dupont-Aignan

% Suffrages exprimés pour LFI (Aubry)

% Suffrages exprimés pour PS-PP (Glucksmann)

Claude GRASLAND, Militant EELV.

Un maire en transition sur la liste EELV : Damien CAREME

Le Film « Qu’est-ce qu’on attend ? » nous a déjà familiarisé avec un maire d’une ville en transition (1), mais je dois avouer qu’avant la campagne des Européennes, je ne connaissais ni Damien CAREME ni Grande-Synthe.

Discours des vœux de Damien Carême à la population de Grande-Synthe – 13 janvier 2019

Un maire qui vaut la peine qu’on s’y intéresse !

Damien Carême Maire de Grande-Synthe (23 300 habitants) depuis 2001, est aussi Vice-président de la Communauté Urbaine de Dunkerque depuis 2001, en charge de la Transformation Ecologique et Sociale (depuis 2014), Je passe sur les nombreuses initiatives d’intérêt écologique ou social qu’il a porté. Pour en savoir plus, faites comme moi, allez sur son blog : http://www.damiencareme.fr/

Vous y verrez aussi sa lettre ouverte du 28/9/18 au Président de la République sur la situation d’un millier de migrants sur Grande-Synthe. Loin d’opposer les habitants aux démunis, il a au contraire encouragé une dynamique d’accueil et de partage. Il fait part dans son courrier de son sentiment d’abandon par l’État.

Une ville porteuse de projets exemplaires

Un petit détour par Wikipedia, en tapant « Grande-Synthe », permet aussi de s’apercevoir que la ville pousse et concrétise des actions et projets exemplaires :

  • Capitale mondiale de la biodiversité 2010
  • Etude CUBA (les Corridors de l’Un sont les Barrières des Autres)
  • Futur éco-quartier. Une « écomaison » préfigure aussi un écoquartier de 400 logements écologiques intégrant un souci de mixité sociale conçu avec les concepteurs de BedZED.
  • Projet de ferme urbaine
  • Expérimentation du revenu de transition écologique : lien ici

Troisième sur la liste EELV aux élections européennes

Tout n’est pas cité ici ! Marie Monique ROBIN a l’habitude de dire que pour nous en sortir, il faut être à la fois courageu-ses-x et claivoyant-e-s. Je crois que Damien CAREME et son conseil municipal le sont.

Damien CAREME est 3ème sur la liste EELV des élections européennes 2019 ! Il a de fortes chances de nous représenter au parlement européen… si nous votons pour lui.

Fred BRAND, le 24 mai 2019, jour de grève mondiale des jeunes pour le Climat

(1) Jean-Claude MENSCH, maire d’Ungersheim, au centre du film « Qu’est-ce qu’on attend » de Marie-Monique ROBIN

Quels députés européens protègent le mieux les océans ?

Vous pouvez trouver la réponse sur le site de l’association Bloom en cliquant ici. Voici à titre indicatif les députés ayant reçu les meilleures notes et les pires notes :

Source : Association Bloom

Source : Association Bloom

Une grande action non violente interpelle la « République des pollueurs ».

Photo : Gaby Kovacs

Pourquoi se lever tôt, vendredi 19 avril, et rester des heures – la journée – devant les sièges de Total, d’EDF, de la Société Générale et du ministère de la Transition Ecologique et Solidaire ? Pourquoi, la veille, faire des formations à l’action non-violente organisées par Greenpeace, Les Amis de la Terre, Alternatiba et ANV-COP21 (1) ? Pourquoi dénoncer la « République des Pollueurs » ? Pourquoi organiser « la plus grande mobilisation de désobéissance civile non violente jamais organisée en France » (2)

Sans doute parce que ces trois acteurs majeurs de l’économie française alliés au ministère agissent à l’envers de ce que recommandent les climatologues.

« On bloque le siège de la Société Générale, la banque française numéro Un des énergies les plus sales. On bloque le siège de Total, qui fait partie des vingt entreprises les plus émettrices de CO2 au monde, et qui continue une logique extractiviste des énergies fossiles. On bloque le siège d’EDF, dont le mix énergétique, 10 % de renouvelables pour 70 % de nucléaire, ne permet pas de relever le défi climatique. Et on bloque le ministère de la Transition écologique et solidaire, qui est le complice de ces politiques des multinationales » (3)déclarent les organisateurs de l’action du 19 avril.

Photo : Gaby Kovacs

Dans un e-mail du 24 avril, les organisateurs félicitent les 2030 participants : «….vendredi 19 avril, nous avons fait de la plus grande action de désobéissance civile pour le climat jamais organisée en France un véritable succès ! ». Il a fallu rester enchaîné-e-s par les bras malgré l’intervention de la police et discuter avec des salariés bloqués qui n’étaient pas tous hostiles aux activistes. Cette action s’inscrit dans une montée en puissance du mouvement pour la justice climatique et sociale. L’appel est maintenant lancé pour le 24 mai prochain, à l’occasion de la nouvelle grève mondiale des jeunes pour le climat.

Frédéric BRAND, Sucy en Brie.

(1) ANV COP21 : Action Non violente COP21

(2) Journal REPORTERRE du 20 avril 2019

(3) Le ministère autorise l’importation d’huile de palme par Total, le projet de la Montagne d’or en Guyane qui va entraîner de la déforestation, de grands projets d’infrastructure comme le Grand contournement ouest de Strasbourg.

We few, we, happy few …

Combien étions nous le 16 mars à marcher dans les rues de Paris, Lyon, Marseille, Nantes, ? Nombreux sans doute (45000 à Paris, 350 000 en France) … Mais encore trop peu pour faire basculer les indifférents et les cyniques. En hommage aux « happy few » quelques photographies et une parodie d’une belle tirade…

Les parent raconteront ces marches pour le climat à leurs enfants

Et aucun printemps ne passera d’aujourd’hui à la fin du monde,

Sans qu’on se souvienne de nous, de notre petite bande,

De notre heureuse petite bande de frères et de sœurs!

Car celui qui aujourd’hui marche avec nous, pourra être fier,

D’avoir été là, qu’il soit Gilet Jaune ou Gilet Vert

Et les riches ou cyniques indifférents au sort de la Terre

Regarderont comme une malédiction de ne pas s’être trouvés ici,

Et feront bon marché de leur richesse,

Quand leurs enfants leurs reprocheront de n’avoir pas marché avec nous !

Au jour des marches pour le climat et la Terre !

Scenario : Claude Grasland & William S*** – Photographies : Sylvie Grasland-Deslot


Solidarité entre villes et campagnes contre la dépendance automobile !

Le mouvement des gilets jaunes a montré que la question sociale et la question écologique sont plus que jamais liées. Les « rats des villes » et les « rats des champs » doivent faire front commun pour défendre des transports publics ouverts à tous et lutter contre la tentation égoïste du chacun pour soi. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder l’évolution récente de la part de l’automobile dans les déplacements domicile-travail :

Source : Observatoire des territoires

Depuis 20 ans, les grandes agglomérations urbaines (en bleu foncé) ont vu diminuer la part de l’automobile dans les déplacements domicile-travail. Mais cette diminution a été plus faible dans les villes moyennes (bleu clair) tandis que la part de l’automobile continuait à augmenter dans les petites villes (brun clair) et surtout dans les zones rurales (brun foncé).

Les manifestations des gilets jaunes ne doivent donc pas être comprises comme un soutien à l’automobile. Elles sont bien plutôt une révolte de populations qui ont été « condamnées » à la dépendance automobile par les choix irresponsables de majorités successives en faveur de l’étalement urbain et du démantèlement des services publics de transport dans les zones jugées non rentables.

Il faut donc rétablir partout où cela est nécessaire des transports publics de qualité. Et défendre le maintien des services publics de proximité dans les zones rurales ou périphériques, afin de limiter l’usage de l’automobile et les coûts que cela entraîne pour les populations les plus pauvres et les plus fragiles.

Et cette solidarité commence en Ile de France où la mise en place de la Métropole du Grand Paris ne manquera pas de renforcer les inégalités entre un cœur d’agglomération de mieux en mieux desservis et une périphérie abandonnée à elle-même. Tous les Franciliens ne sont pas à égalité face à la dépendance automobile comme le montre cette carte de la part des personnes utilisant les transports en communs en 2015 :

Source : INSEE et Observatoire des territoires. Carte réalisée par C. Grasland (2019)

Dans le Val-de Marne, on trouve par exemple des contrastes considérables entre les communes proches de Paris ou traversées par des lignes de RER et les communes périphériques éloignées des réseaux de transport en commun cadencés de façon régulière. A Vincennes, 6 personnes sur 10 se rendent à leur travail par les transports en commun, contre moins de 2 sur 10 à Villecresnes ou Ormesson-sur-Marne.

La lutte contre la dépendance automobile est un combat commun des habitants des villes et des campagnes !


Le Glyphosate, ça commence à bien faire !



Emmanuel Macron vient d’annuler la promesse de sortie de l’agriculture français du glyphosate en trois ans en nous expliquant que « ce n’est pas possible !« . Cela ne vous rappelle rien ?

Bravo ! Vous avez reconnu la célèbre déclaration de Sarkozy « L’environnement ça commence à bien faire » qui avait définitivement enterré les ambitions du Grenelle de l’environnement. Nicolas Hulot a bien fait de démissionner pour ne pas avaler cette dernière couleuvre !

Pourtant« Des milliers d’agriculteurs se passent déjà de glyphosate, en revenant sur sa promesse il montre la nature de son engagement pour l’écologie : du zapping », a réagit le candidat EELV aux élections . européennes Yannick Jadot.

Ni Brexit, ni Frexit !

Grâce aux élargissements successifs à 12, 15, 27 et 28 pays , L’Union Européenne a pu demeurer une puissance économique majeure jusqu’à la grande crise économique de 2008. Mais son poids économique qui était encore de 30% de la richesse mondiale en 2008 n’est plus aujourd’hui que de 20% ce qui est à peu près comparable aux Etats-Unis ou à la Chine. Mais que se passerait-il en cas de Brexit ou de Frexit ?

Pour répondre à la question, il suffit de regarder ce que serait le poids économique des pays du Monde si l’Union Européenne était dissoute et si chaque pays européen décidait comme les Anglais de faire cavalier seul. L’Allemagne ne serait plus que la 5e puissance mondiale avec 3.9% de la richesse mondiale, le Royaume-Uni la 6e (2.9%), la France la 7e (2.8%) et l’Italie la 9e (2.0%). Qui seraient les grands vainqueurs de la mort de l’Union Européenne ?

sBien évidemment les USA (23.7% de la richesse mondiale) et la Chine (17.7%) qui pourraient imposer à chaque pays européen isolé des accords commerciaux inéquitables. Sans parler du Japon ou de l’Inde … Plus question de refuser le soja transgénique, les poulets à l’eau de javel ou le glyphosate … Bienvenue dans un monde ultralibéral où seule compterait la loi du plus fort ! Encore avons nous choisi le mode de calcul de la richesse le plus favorable aux pays européens (Revenu national brut en dollars). Voyez les résultats avec un mode de calcul différent de la richesse (Produit intérieur brut en parités de pouvoir d’achat).

Selon cet autre mode de calcul voici ce que serait la situation en 2022. La Chine passerait en tête à la place des USA ce qui ne changerait pas grand chose pour des pays européens isolés et divisés. L’Allemagne demeurerait de justesse en 5e position mais avec moins de 3% de la richesse mondiale, bientôt dépassée par l’Indonésie, la Russie ou le Brésil. Quant à la France et au Royaume-Uni ils ne demeureraient pas longtemps dans le top 10 des puissances économiques mondiales et on peut se demander s’ils conserveraient longtemps leur puissance nucléaire et leur droit de véto au Conseil de Sécurité des Nations-Unies…

Conclusion : l’Union (européenne) fait la force !

Les seuls vainqueurs d’un éclatement de l’Union Européenne seraient les puissances rivales. Et ce n’est pas un hasard si le financement des partis pro-Brexit ou les attaques informatiques contre les pays de l’Union Européenne arrivent toujours de grandes puissances rivales (USA, Chine, Russie, …) qui se frottent par avance les mains de voir les petites souris européennes leur tomber toutes rôties dans la gueule. Sans parler des firmes multinationales de ces pays qui pourront enfin y vendre les pires produits au prix de leur choix sans crainte de rétorsions !

Claude GRASLAND, Professeur de Géographie, Université Paris Diderot

Pour en savoir plus :


Segolène Royale sur la liste EELV ? Vous plaisantez ?

La demande de Ségolène Royale de figurer en seconde position sur la liste EELV aux européennes était clairement une manœuvre visant à affaiblir les écologistes. Comme elle l’avait prévu, sa demande a été refusée ce qui lui a permis d’accuser EELV de « sectarisme » et « division des forces écologistes »….

Mais pensez vous sérieusement qu’une liste écologiste aurait du soutenir la ministre responsable de l’abandon de l’écotaxe ??? A ceux qui ont la mémoire courte, nous recommandons de visionner le très beau documentaire « Autopsie d’un scandale politique : l’écotaxe »