Analyse cartographique des bastions écologistes dans le Val de Marne

Pour préparer efficacement les élections législatives de 2017, il n’est pas inutile de revenir en arrière de quelques années. C’est en effet aux élections européennes de 2009 qu’EELV avait obtenu son niveau de vote le plus élevé dans le Val-de-Marne comme dans le reste de la France.

Introduction : qu’est ce qu’un bastion électoral ?

On peut définir un bastion électoral comme un territoire dans lequel un parti obtient des résultats significativement plus élevés qu’ailleurs. Soit parce que la composition sociologique du territoire lui est favorable (vote « naturel »), soit parce que des militants particulièrement actifs réussissent à augmenter les résultats (vote « militant »). Le repérage des bastions est évidemment utile en période de campagne électorale, car il correspond à des lieux où il sera a priori plus facile de trouver des populations réceptives aux idées du parti politique, Et surtout des lieux où l’on pourra recruter plus facilement de nouveaux militants afin de partir à l’assaut de territoires où les résultats sont plus faibles.

Il n’existe pas de stratégie unique, par exemple en matière de porte à porte ou de tract et on peut trouver des avantages ou des inconvénients à chacune des stratégies consistant à militer plutôt dans ses bastions (rentabilité à court terme) où au contraire à essayer d’ouvrir des têtes de ponts dans les zones de faiblesse (stratégie à long terme). On peut toutefois s’entendre sur l’idée qu’il est toujours utile de partir des bastions pour recruter des militants plus nombreux avant de s’attaquer aux zones de faible implantation.

L’objet de la présente note est de proposer une cartographie des bastions EELV dans le Val de Marne, à partir du résultat des élections Européennes de 2009, que l’on peut juger plus intéressantes que les régionales de 2010 ou les présidentielles de 2007 dans le contexte de la préparation des législatives de 2017.  Ces élections marquent en effet l’apogée du vote EELV et constituent l’élection de référence pour évaluer l’influence maximale de notre parti.

Les données fournies au bureau de vote grâce aux travaux de l’ANR Cartelec 1 nous ont permis de procéder à une analyse approfondie des bastions électoraux en distinguant trois échelles d’analyse :

  • Le niveau départemental
  • Le niveau communal
  • Le niveau local

Comme on le verra, un bureau de vote peut constituer un bastion départemental sans être pour autant un bastion communal ou local, et réciproquement. Il faut combiner les trois niveaux pour définir des stratégies efficaces d’implantation.

A) LES BASTIONS DEPARTEMENTAUX D’EELV94

Les bastions départementaux correspondent aux bureau de votes dont le % de votants pour EELV a dépassé la moyenne du département. Sachant que celle-ci était de 20.2% des inscrits on transforme les résultats de chaque bureau de vote en indice 100 égal à la moyenne du département. Les bureaux de votes situés très au dessus de la moyenne seront en rouge (>130) ou en orange (110 à 130). Les bureaux de vote situés autour de la moyenne seront en jaune (90 à 110). Et enfin les zones de faiblesse seront représentées en bleu clair (70 à 90) ou en bleu foncé dans les les situations de plus grande faiblesse (< 70).

vdmdep

Télécharger au format PDF

La carte obtenue n’est pas très surprenante mais l’analyse par bureau de vote permet de visualiser les situations internes de chaque commune par rapport au département. On voit ainsi qu’à Thiais, un seul bureau de vote (le n°1) atteint la moyenne départementale (20.8% des suffrages, soit un indice 103 : couleur jaune), tandis que tous les autres sont situés en dessous de la moyenne départementale (bleu clair) , voire très en dessous pour les bureaux n°4 et n°7 (bleu foncé). La situation est un peu différente à Choisy-le-Roi où les résultats sont aussi inférieurs à la moyenne départementale mais exceptionnellement élevés dans un bureau (rouge) et forts dans un autre.

vdmdep_zoom

B) LES BASTIONS COMMUNAUX D’EELV94

Dans la perspective des élections municipales, mais aussi plus généralement dans le cadre de l’action des groupes locaux, il est important de compléter l’analyse départementale par une vision plus locale des choses. Si on décide de prendre comme indice 100 le score de chacune des communes, on peut adopter une vision différente du score des différents bureaux de vote. Ainsi, les bureaux de vote de Thiais ne seront plus comparés à la moyenne du Val de Marne (20.2%) mais à celle de leur commune (17.2%), ce qui va évidemment relativiser le niveau des résultats. L’inverse sera évidemment vrai pour des communes à scores très élevés comme Vincennes.

 vdmcom

Télecharger au format PDF

L’exemple de Fontenay-Sous-Bois montre ainsi des écarts considérables de performance à l’échelle intra-communale, puisque l’on y trouve à la fois des bureaux de vote très au dessus de la moyenne dans la partie pavillonaire située au sud et des résultats nettement en dessous dans la partie d’habitat collectif située au nord. Dans d’autres communes, les résultats apparaissent plus homogènes d’un bureau de vote à un autre. Les militants peuvent en tous les cas développer à partir de ces cartes une stratégie locale partant soit du renforcement des points forts locaux, soit au contraire de la conquête de zones de faiblesse relative de leur implantation.

vdmcom2zoom

C)LES BASTIONS LOCAUX D’EELV94

Dans le contexte de remise en cause de l’échelon communal au profit des intercommunalités, et plus généralement par rapport à la perspective écologiste d’agir localement en dépassant les frontières, nous avons produit une dernière image des bastions d’EELV94 qui adopte une perspective authentiquement locale. Au lieu de comparer un bureau de vote à la moyenne du département ou à celle de sa commune, on le compare à la moyenne des bureau de vote voisins, que ceux-ci soient situs ou non dans la même commune. Les bureaux de vote qui apparaissent en rouge ou orange seront donc ceux qui votent davantage EELV que les bureaux de vote voisins, et inversement pour les bureaux de vote en bleu qui votent moins EELV que leurs voisins.

 vdmloc

Télécharger au format PDF

Si l’on prend l’exemple de la Commune d’Ormesson-sur-Marne, on peut voir que tous les bureaux de vote y apparaissent localement en bleu, ce qui signifie que des bastions plus actifs de vote EELV apparaissent dansles communes voisines de Chennevières, Noiseau ou Sucy-en-Brie. Une action intercommunale sera peut-être ici plus efficace pour amorcer une dynamique communale dans un territoire qui est relativement peu coutumier du vote EELV94. L’existence de la communauté de commune du Haut-Val-de-Marne plaide d’ailleurs en faveur d’une stratégie militante qui dépasse le cadre traditionnel des communes.

vdmloczoom

1Céline Colange, Laurent Beauguitte et Sylviano Freire-Diaz, 2013, Base de données socio-électorales Cartelec (2007-2010), http://www.cartelec.net.

Claude GRASLAND

claude.grasland@wanadoo.fr

Publié par Claude Grasland

Co-secrétaire du groupe local EELV "Vallée du Morbras"

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :